Encourager les économies d’énergies

Depuis 2010, la communauté de communes de Lacq-Orthez propose une aide aux agriculteurs qui ont recours aux différentes sources d’énergies renouvelables et qui réalisent des travaux pour améliorer l’efficacité énergétique. Le fonds "énergie" à l'agriculture est doté d'un montant de 136 077€. Il est abondé par les communautés de communes d'Arzacq, la communauté de communes de Lacq-Orthez et la communauté de communes des Luys en Béarn. Sa gestion a été confiée à la Chambre d'agriculture.

Quels sont les objectifs du fonds ?

  • informer sur les nouvelles technologies et innovations, sur les nouvelles filières et leur coût,
  • convaincre et mobiliser par des actions ciblées de conseil,
  • aider à la décision par des actions d’accompagnement et de financement d’études et d’investissement.

Les différentes aides portent sur :

  • des animations et des informations auprès des exploitants agricoles lors de banc d’essai moteur, de journées thématiques comme par exemple : la méthanisation, la formation à la conduite économe, la réalisation de diagnostic énergétique, etc,
  • la mise en place d’outil expert de suivi des fluides (matériel de comptage et logiciel de suivi) permettant ainsi une réduction des charges financières pour l’exploitant et une limitation de l’effet d’augmentation des prix de l’énergie,
  • des équipements ou procédés qui améliorent l’efficacité énergétique comme l’isolation des bâtiments, matériel à haut rendement énergétique,etc,
  • des équipements valorisant l’énergie potentielle présente sur l’exploitation comme la méthanisation ou la biomasse, etc,
  • des installations mettant en oeuvre des technologies ayant recours aux différentes sources d’énergies renouvelables : énergie solaire, systèmes photovoltaïque,etc,
  • le raccordement photovoltaïque au réseau électrique.

De nombreuses actions sont financées depuis la création du fonds :  

  • travaux d’isolation,
  • raccordement photovoltaïque,
  • conférences,
  • banc essai moteur.

Les bancs d'essai moteur pour engins agricoles

Les bancs d'essai moteur pour engins agricoles

Dans le cadre de ce fonds énergie, sont organisées des journées de test de tracteurs au banc d’essai moteur.

Grâce à des mesures précises le banc d’essai permet de connaître rapidement pour chaque tracteur la puissance et la consommation réelles. La comparaison avec les données officielles permet de détecter les défauts de puissance et leurs origines, ainsi que les défauts de combustion et de réglage de la pompe à injection. Un rapport est remis aux propriétaires en fin de contrôle.

Depuis 2010, 38 journées de test ont été organisées; 335 agriculteurs en ont bénéficié.

Le coût d’un diagnostic est de 140€ HT, pris en charge à 70% par le fonds énergie et à 30% par Top Machine.
L’opération de diagnostic est effectuée depuis 2010 par Top Machine Aquitaine. Reste à la charge de l’agriculteur le montant de la TVA.

Qui peut en bénéficier ?

Cette opération concerne les agriculteurs ayant le siège d’exploitation situé dans les communautés de communes de Lacq-Orthez, d’Arzacq et des Luys en Béarn.

33 agriculteurs, informés par voie de presse (locale et spécialisée), sur le site internet de la CCLO ou par courrier selon le secteur, ont participé en 2015 à cette campagne. Ils sont tous implantés sur le territoire de la CCLO. Vu le succès de ces opérations, les élus ont décidé de proposer une campagne de 3 jours sur le territoire de la communauté de communes de Lacq-Orthez.  La CCLO a tenu compte de la localisation géographique des agriculteurs participants pour déterminer les lieux des journées «bancs d’essai». Six communes ont donc été retenues en 2015 : Sault de Navailles, Sallespisse, Lanneplaà, Sauvelade, Argagnon et Monein.

Comment ça marche ?

Les agriculteurs peuvent tester les performances de leur tracteur via un banc d’essai moteur animé par Top Machine.

Dès l’arrivée d’un tracteur, le technicien examine son état. Il effectue les branchements nécessaires et met en place les capteurs indispensables à la conduite des essais (branchement de la prise de force sur le frein électromagnétique ; raccordement du débitmètre sur le circuit de fuel ; pose des capteurs de température d’eau et d’huile).

Plusieurs mesures et calculs à différents régimes sont effectués lors du passage du tracteur au banc :

  • la puissance ;
  • le couple et la réserve de couple ;
  • les consommations horaire et spécifique ;
  • le débit de la pompe d’injection.

Simultanément, l’ordinateur effectue les calculs et affiche les premiers résultats puis les courbes sont éditées en les comparant à des courbes d’essais officiels afin de mettre en évidence les écarts. L’essai terminé, l’opérateur effectue un diagnostic et commente à l’agriculteur les résultats, propose des solutions de réglages ou d’entretien si besoin.

Quel intérêt à tester son tracteur ?

Les résultats de ces opérations montrent que plus de 60 % des tracteurs présentent un potentiel d’économie en carburant de plus de 10 %. Le rejet de 1,350 tonnes de CO2 par an et par tracteur peut ainsi être évité.

Les résultats montrent que :

  • 50 % des tracteurs diagnostiqués présentent au moins une anomalie,
  • plus d’un tracteur sur deux est suralimenté,
  • plus d’un tracteur sur deux ne développe pas la puissance annoncée par le constructeur,
  • 40 % des tracteurs sont surpuissants contre 15% qui manquent de puissance,
  • 20 % ne valorisent pas bien le carburant du fait d’une mauvaise combustion,
  • 50 % présentent un mauvais débit de pompe d’injection.

Au final, réglages et préconisations peuvent permettre d’économiser 2 ou 3 litres de fioul par heure d’utilisation d’un tracteur.

En termes de consommation d’énergie :
La consommation moyenne des tracteurs est de 14,5 litres par heure pour une puissance nominale de 80 kW. Le temps d’utilisation moyen annuel est de 510 heures.
Une économie en moyenne de 2 à 3 litres par heure est possible selon Top Machine.

En termes de GES évités :
Pour les émissions de gaz à effet de serre évitées, le facteur théorique retenu est de 2,7kg de CO2/litre non consommé prôné par l’ADEME dans son Bilan Carbone. Pour les 33 tracteurs testés en 2015, cela représente 113 tonnes de CO2 évité par an.

Au-delà des aides énergies et en partenariat avec les acteurs du monde agricole, la communauté de communes de Lacq-Orthez aide les entreprises agricoles et agroalimentaires, participe au développement de l’agriculture et de l’emploi de ce secteur économique dynamique.

partager sur facebook partager sur twitter envoyer à un ami Imprimer Plus