Une volonté et des exigences

Nos choix sont volontaristes. Nous croyons au développement de filières industrielles complètes sur nos sites industriels.

La filière carbone peut et doit se compléter vers l’aval. L’utilisation de la biomasse, comme nouvelle matière première, ouvre la voie à la chimie verte, aux matériaux biosourcés. Le stockage de l’énergie, avec des procédés nouveaux, constitue une rupture technologique qui peut générer l’implantation d’une nouvelle activité sur des terrains industriels déjà disponibles. Nous croyons aussi à la diversification industrielle sur des zones non Seveso et à la construction d’un pôle tertiaire à Orthez et ses communes limitrophes.

Pour cela, notre communauté ne ménage pas ses efforts. En totale collaboration avec la Région, le Département et le GIP Chemparc, nous poursuivons des discussions avec des acteurs industriels déjà implantés sur les sites chimiques et qui détiennent une partie de l’avenir par leurs décisions de politique industrielle. En effet, notre volonté doit se conjuguer avec celle des grands groupes industriels présents qui peuvent apporter innovations technologiques et investissements. C’est le cas, par exemple, d’Arkema, Toray, Abengoa, Novasep, la Sobegi et à travers elle, du groupe Total. Aucun effort ne sera ménagé pour que soit maintenu l’équilibre économique des plateformes industrielles dont dépend l’essentiel de l’emploi industriel du bassin.

Nous préparons l’avenir. Et pour cette raison, nous avons beaucoup d’exigences.

partager sur facebook partager sur twitter envoyer à un ami Imprimer Plus