L'interview du mois : Rémy Morel, directeur de Lacq Odyssée

A l’automne 2015, le centre culturel intercommunal, situé à Mourenx, ouvrira ses portes au public. Il proposera une médiathèque, deux salles de cinéma, une galerie d'art contemporain, un musée d'art modeste, une cyberbase, une compagnie théâtrale et un restaurant. Le centre culturel scientifique et technique "Lacq Odyssée" rejoindra également la structure. L’occasion pour Rémy MOREL, son directeur, de nous parler de cette association incontournable sur le bassin de Lacq.

 

Parlez-nous de Lacq Odyssée. Quelle est sa vocation ?

Tout d’abord, il convient de rappeler que Lacq Odyssée, CCSTI (Centre de Culture Scientifique, Technique et Industrielle) des Pays de l’Adour, existe depuis 30 ans. Le développement de cette structure a été marqué par un taux de croissance certes faible mais constant. 3 axes majeurs témoignent de cette évolution. Tout d’abord, le territoire d’intervention s’est étendu du site industriel de Lacq au sud aquitain (département 40 et 64). L’effectif de l’équipe lui est passé de 2 personnes à une dizaine aujourd’hui. Enfin, le budget d’intervention actuel est 15 fois plus important qu’au milieu des années 80 et repose sur des financements divers provenant de la commune jusqu’à l’Europe.
Lacq Odyssée a pour activités essentielles la médiation de la culture scientifique et technique, la production et la diffusion d’activités de CCSTI sur le territoire des pays de l’Adour. Au cours des 2 prochaines années, son activité sera influencée très certainement par le programme « Territoires de la CCSTI » ; programme labellisé et soutenu à hauteur de 50% par les Investissements d’Avenir1.

 

Pouvez-vous nous parler des dernières actions entreprises ?

Lacq Odyssée travaille autour de 5 programmes majeurs.
« Rencontre avec… » est un cycle de « café des sciences » organisé en partenariat avec l’Université et les organismes de recherche sur l’ensemble des pays de l’Adour. L’objectif est de favoriser la rencontre entre des chercheurs et les publics dans les établissements scolaires, le réseau de lecture publique et quelques associations.
« Savoirs en partage » proposent aux établissements scolaires des parcours de découverte scientifique et technique organisés sur 3 territoires des pays de l’Adour (CCLO, départements des Pyrénées-Atlantiques et des Landes). 
« Le colporteur des sciences » circule en pays de l’Adour depuis plus d’un an. Un véhicule, des objets mobiles de découverte et un médiateur se déplacent à la demande des publics sur l’ensemble du territoire.
Nous venons d’autre part d’acquérir un planétarium itinérant permettant de sensibiliser les publics aux sciences de l’univers. Les écoles de la CCLO vont bénéficier, dès 2015, d’un programme de sensibilisation à l’astronomie.
Enfin, Lacq Odyssée organise des expositions itinérantes de médiation scientifique destinées à être installées dans des lieux de petite taille.

 

Pourquoi avez-vous souhaité intégrer le nouveau centre culturel intercommunal ?

C’est une attente et une volonté qui datent de fort longtemps et je me réjouis de l’ouverture  de ce centre. Lacq Odyssée a été associée à toutes les phases du projet ; aussi bien sur ses aspects architecturaux que pour la levée des fonds.  Grâce aux financements importants de l’Etat par le biais des Investissements d’avenir, de la Région Aquitaine, et de la CCLO qui a financé les murs de la structure, nous allons enfin avoir un outil de qualité qui permettra d’accueillir et de proposer aux publics des manifestations et des programmations de grande qualité.

 

Ce déménagement s’accompagne-t-il de nouveaux axes de développement pour 2015 ?

Il est évident que cet équipement structurant, le deuxième en Aquitaine après Cap Sciences, à Bordeaux, va donner une autre visibilité à nos actions.
La programmation culturelle régulière sur le centre et l’acquisition de nouveaux matériels pédagogiques de qualité vont nous permettre de proposer des activités nouvelles telles que des expositions, des ateliers, des manifestations en partenariat avec la bibliothèque et le cinéma. Le centre nous permettra aussi de continuer à travailler plus en profondeur sur le territoire de la CCLO et plus globalement sur les Pays de l’Adour. Il sera un moyen pour nous d’ouvrir plus largement nos activités à la communauté scientifique (université, laboratoires de recherche, écoles d’Ingénieurs) et aux acteurs économiques du territoire.

 

1 Les Investissements d’Avenir sont accordés par l'Etat à des projets scientifiques et technologiques innovants qui seront, à terme, source de croissance et de progrès pour l'ensemble de l'économie.

 Les autres interviews 

17.12.2014
partager sur facebook partager sur twitter envoyer à un ami Imprimer Plus