Mairie

73 rue de l'Eglise
64360 Lacommande
Tel : 05 59 82 70 39 - Fax : 05 59 82 71 98

Horaires

Le lundi de 8h30 à 12h30 et de 13h30 à 17h
Le jeudi de 8h30 à 12h30 et de 14h à 17h30

Maire :

Paul MONTAUT (conseiller communautaire)

Le conseil municipal :

Adjoints :

  • Isabelle NOUSTY (conseillère communautaire suppléante)
  • Alain DUPLEIX
  • Régine GONZALEZ-MORO

 

Conseillers municipaux :

  • Alban BARRUE
  • Benjamin GALINA
  • Jean-Bernard LAHITTE
  • Serge  LEBON
  • Nathalie LAMBOURG
  • Karine LUONG
  • Carole ORTEGA

 

 

Population : 250

Dans les années 1115-1118, Gaston IV de Béarn, dit le Croisé, entreprend la construction d’un relais hospitalier, l'Espitau deu Faget d'Aubertii. Cependant, un petit seigneur local revendique la propriété du sol et de longues batailles juridiques s’ensuivent, jusqu’à ce qu’un accord intervienne en janvier 1128. Le 7 août 1297, un évènement d’importance se produit à la commanderie d’Aubertin : Le vicomte de Béarn et comte de Foix, Roger-Bernard III de Foix et son épouse Marguerite de Béarn signent un contrat de paréage avec le commandeur Fortaner de Pimbo. Le contenu des 17 articles de ce contrat indique qu’au-delà d’un simple paréage, c’est très vraisemblablement de la fondation d’une bastide qu’il est question. L’objectif n’est pas de créer une ville neuve à plan régulier, mais plutôt de conférer à une communauté qui existe depuis bientôt 2 siècles un statut juridique privilégié. Le fait que Jean de Béarn, frère naturel de Marguerite, soit à la fois commandeur d’Aubertin et prieur de Sainte-Christine en 1311 montre bien que des liens très étroits subsistent entre les deux établissements.
Lors du dénombrement ordonné par Gaston III de Foix-Béarn en 1385, la commanderie est englobée dans la paroisse d’Aubertin et n’apparaît explicitement que pour 3 feux de l’espitàu d’Aubertii. Cependant, une lecture attentive révèle quelques autres maisons situées sur le territoire de la commanderie . La population locale est donc constituée, au minimum, d’une vingtaine de personnes : le commandeur, quelques religieux, des donats et des habitants qui cultivent la terre. L’hôpital lui-même est menacé par des ordonnances royales successives pourchassant les établissements qui ne pratiquent plus l’hospitalité et qui détournent les revenus. Néanmoins, lors du dénombrement de 1768, on constate que les Barnabites contrôlent, outre l’hôpital toujours en activité, le territoire de La Commande et même une petite partie du territoire d’Aubertin.
Les aléas de 9 siècles d’histoire ont miraculeusement préservé à Lacommande ce qui peut être considéré comme le seul témoin encore en élévation d’un élément du réseau de Sainte-Christine-du-Somport sur le versant nord des Pyrénées avec, tout en un tenant, une église et un hôpital du XIIesiècle, un ancien cimetière contenant une cinquantaine de stèles funéraires discoïdales des XVIIe et XVIIIesiècles, un gîte pour les pèlerins et une maison qui fut vraisemblablement le domicile du commandeur avant de devenir presbytère, puis propriété d’un particulier à la Révolution et enfin mairie.