Mairie

64, place de la mairie
64150 Sauvelade
Tel : 05 59 67 60 59 - Fax : 05 59 67 32 77

Horaires

Mardi et vendredi de 11h à 12h30

Maire :

Jean-Claude MORERE (conseiller communautaire)

Le conseil municipal :

Adjoints :

  • Nadine CHADES (conseillère communautaire suppléante)  
  • Didier PLAA

Conseillers municipaux :

  • José DA FONSECA
  • Valérie CAMPAGNE-IBARCQ
  • Christelle TARAIRE
  • Laure DABADIE
  • Alain TOUCHARD
  • Jean LAMARQUE
  • Laetitia ALMEIDA-APARICIO
  • Manuel GALLARDO 

Population : 226

Sauvelade est la traduction française du nom occitan SEUVALADA ce qui veut dire la forêt étendue. La naissance du village se confond avec celle de l’abbaye. L’abbaye se trouve sur l’une des voies jacobites qui traversaient le Béarn et qui confluaient avec Ostabat avant de se diriger vers le port de Ronceveaux.

L'abbaye fut fondée le 6 avril 1128 conjointement par Gaston IV le Croisé, vicomte de Béarn, sur le point de prendre le départ pour participer à la croisade en Espagne, sa femme et son fils, et placée sous le vocable de Notre-Dame, en accordant aux bénédictins ce terrain de « Sylva lata » (Séube Lade en vieux béarnais), dont les historiens ont discuté s'il signifiait : "forêt profonde", "forêt du Laà" ou "forêt rive gauche".

L’abbaye prit, à une date indéterminée, mais en tout cas avant 1286, le nom de Saint-Jacques, signe de sa fréquentation par les jacquets.

L'abbaye fut reprise en 1286 par les cisterciens de Gimont (Gers), et, dès lors, son rôle dans l'accueil des pèlerins déclina probablement, car les disciples de saint Bernard ne favorisaient guère le culte des reliques et les pèlerinages.

Ravagée en 1569 par les huguenots, elle fut relevée en 1630 par la Contre-Réforme.

La Révolution fit de l'abbatiale une église paroissiale et vendit le monastère.

Délabré, il vient d'être racheté et restauré par la commune, avec l'aide du département, pour servir de centre culturel, permettant l'hébergement.

La commune fait partie de la zone d'appellation d'origine contrôlée (AOC) du Béarn et de celle de l'ossau-iraty.