Chemstart'up : 1ère plateforme chimique d'accueil de France

Le concept de Chemstart’up est simple : donner aux jeunes entreprises du milieu de la chimie les moyens de s’implanter sur le bassin de Lacq. Fruit d’un constat et de réflexions au sein du groupement d’intérêt public (GIP) Chemparc, il s’agit du premier hôtel d’entreprises dans le domaine de la chimie. Un cas unique en France. Chemstart'up accueille des jeunes entreprises chimiques pour les assister dans leur phase de développement pré-industriel. Chemstart'up n’est pas une pépinière, elle n'accueille pas de jeunes entreprises en phase d'incubation mais des entreprises qui ont déjà commencé à se développer et qui souhaitent désormais amplifier leur production pour entrer dans une phase de pré-industrialisation.

La plateforme peut accueillir jusqu’à 8 entreprises dans un bâtiment de 2500m². Chaque entreprise dispose d'un module de 200m² avec hall, laboratoire et bureaux. Elles peuvent bénéficier de prestations mutualisées de haut niveau ainsi que de l'environnement industriel et chimique innovant du bassin de Lacq. Chemstart’up offre toutes les facilités pour permettre aux jeunes entreprises de la chimie de se consacrer à ce qui fait leur cœur de métier. Les travaux débutés en janvier 2010 se sont terminés en mars 2011. Ils ont coûté 6,7 millions d'euros financés par

  • le FEDER,
  • l'Etat,
  • le Conseil Régional d’Aquitaine,
  • le Conseil Général des Pyrénées-Atlantiques,
  • la communauté de communes de Lacq-Orthez,
  • Total Développement Régional.


La Communauté de communes de Lacq-Orthez fût maître d’ouvrage de ce bâtiment qui se devait d’être proche du Groupement de recherches de Lacq (Arkema). Elle en a confié la gestion au GIP Chemparc.

Canoë est une entreprise qui a choisi d'y installer son centre de transfert technologique porté par la région Aquitaine. Le programme Canoë se concentre sur les matériaux avancés et composites. Elle trouve ainsi une antenne en sud-Aquitaine.

Les entreprises, intéressées par une implantation sur site, signent un contrat d’une durée de trois à quatre ans. A l’issue de cette période, elles ont suffisamment développé leurs procédés pour passer à la phase industrielle. Le but étant qu’elles s’installent sur les différentes plateformes chimiques du territoire et ainsi instaurer une rotation des entreprises qui viennent se développer au sein de Chemstart’up.