Patrice LAURENT, Président de la Communauté de Communes de Lacq-Orthez, Alain ROUSSET, Président du Conseil Régional de Nouvelle Aquitaine, Philippe GUERRET, Président Directeur Général du groupe M2i, Marc PRIKAZSKY, Président Directeur Général de Ceva Santé Animale et Pierre NERGUARARIAN, Président du GIP Chemparc, ont assisté au lancement officiel de la « Phéromone Valley » et à l’inauguration de la nouvelle unité de production du Groupe M2i.

Le 25 septembre 2020 est un grand jour pour la plateforme technologique Chemstart’up, portée par la Communauté de Communes de Lacq-Orthez et le groupement d’intérêt public Chemparc, qui franchit une nouvelle étape dans son développement, exemple de la bonne coordination d’actions entre le local et le régional.

La jeune société M2I, spécialiste des solutions alternatives aux pesticides à base de phéromones, a officiellement démarré la première unité industrielle au monde de micro-encapsulation de phéromones, utilisées en alternative aux pesticides par les agriculteurs et les jardiniers. Installée depuis 2015 sur la plateforme à Lacq, la petite start-up a poussé à une vitesse fulgurante pour devenir aujourd’hui une PME de renommée européenne, voire internationale. 100% vertes, ces alternatives aux pesticides permettent de contrôler les ravageurs des jardins, des vergers, des céréales ou de la vigne, sans impacter la santé ou la biodiversité.

Pour bénéficier de locaux adaptés à son expansion, M2i n’aura pas besoin de pousser les murs de ses laboratoires puisque la CCLO est en train de lui faire construire un bâtiment de 1 590 m2 dans lequel 25 salariés seront accueillis en 2022. Cette construction s’inscrit dans le cadre de l’extension de Chemstart’up (3 690m2 au total) avec pour ambition de renforcer la position d’excellence du bassin de Lacq en matière de diffusion de technologies du futur. Cet investissement bénéficie d’aides de l’Etat, de la Région Nouvelle-Aquitaine et du département des Pyrénées-Atlantiques.

Une nouvelle bonne nouvelle pour le Bassin de Lacq que Patrice LAURENT, Président de la CCLO, n’a pas manqué de relever : « Je veux saluer le travail réalisé par Chemparc, la CCLO, la Région et les autres partenaires. Nous avons la chance de vivre sur un territoire où le lien entre le monde industriel, politique, la recherche publique et privée font la force du bassin de Lacq. Le territoire a su s’adapter, évoluer vers des activités plus durables telles que le biocarburant, le méthane bio, l’électricité et la vapeur vertes. On peut être très fier de sa mutation. »

25.09.2020